Les entreprises fondées par des femmes sont plus performantes que celles fondées par des hommes en Europe centrale et orientale

Par Camille | Dernière modification : mars 24, 2021


Des données récemment publiées montrent que les startups fondées par des femmes n’ont recueilli que 1 % des investissements en Europe centrale et orientale.. 5 % sont allés à des équipes fondatrices mixtes, tandis que les équipes exclusivement masculines ont recueilli 94 %. Commandée par European Women in VC, Experior VC et Unconventional VC, Le financement dans la région CEE – à travers le prisme de la diversité des genres et de l’impact. met en lumière les allocations de capital-risque et le leadership, ainsi que les performances des startups dirigées par des femmes dans la région CEE.

« En tant qu’écosystème jeune et dynamique, la CEE a la possibilité d’apprendre des succès et des dérapages des hubs établis, et de tirer parti du potentiel inexploité et des rendements de la construction de communautés de fondateurs diverses et inclusives. Il y a un très long chemin à parcourirmais nous espérons qu’avec la transparence, une conversation ouverte et une action radicalenous pouvons y parvenir ensemble. Ces résultats nous donnent le point de départ et la première étape du voyage », déclarent Thea Messel et Nora Bavey, partenaires générales de Unconventional Ventures.

Le rapport apporte une nouvelle perspective sur le marché du capital-risque dans la région de l’Europe centrale et orientale, en tenant compte de la dimension de genre. Alors que les femmes fondatrices sont encore une minorité et qu’elles n’obtiennent qu’une fraction du capital que les hommes obtiennent, les femmes fondatrices obtiennent de bien meilleurs résultats si l’on considère le rapport entre les revenus et le financement. Dans la productivité du capital, les femmes obtiennent des résultats supérieurs à ceux des hommes jusqu’à 96 %..

« Le nombre et la taille des fonds de capital-risque, des entreprises et des projets dirigés par des femmes sont restés stables, avec un faible pourcentage à un chiffre. L’Europe centrale, en particulier, se trouve à un point de départ bas avec seulement 1% des fonds de capital-risque investi dans des entreprises dirigées par des femmes en 2020 et les sociétés de capital-risque (co)dirigées par des femmes ont un cinquième de la puissance de feu des sociétés dirigées par des hommes.Kinga Stanislawska, associée générale d’Experior VC, cofondatrice de European Women in VC avec sa partenaire Marzena Bielecka, rapporte que le fossé est immense. « Le fossé est immense. Ce n’est qu’en discutant des faits, des chiffres et en assumant un véritable rôle de leader que nous pourrons impulser le changement au profit de toute la société. »

Toutes les équipes féminines de la région CEE relèvent beaucoup moins de capitaux par tour par rapport aux équipes entièrement masculines et mixtes. Même si, entre 2016 et 2020, les équipes entièrement féminines ont décroché 4,2 % des contrats, elles n’ont obtenu qu’un tiers des fonds. ont levé 2,2 % des capitaux. Les femmes doivent lever plus souvent. L’une des raisons du manque de financement pour les femmes est une corrélation avec le manque de femmes décideurs dans le capital-risque. Les sociétés de capital-risque dirigées uniquement par des hommes et ayant leur siège dans la région de l’Europe centrale et orientale représentent 81 % de l’ensemble des sociétés de capital-risque. Les sociétés de capital-risque dirigées et gérées par des femmes sont fortement sous-représentées et ne représentent que 3%..

Selon le rapport, les bailleurs de fonds/investisseurs et les décideurs sont principalement des hommes.. Parmi les fonds actifs en Europe centrale et orientale, 85 % des rôles d’investissement en capital-risque, à tous les niveaux, sont occupés par des hommes, ce pourcentage passant à 93 % au niveau des partenaires et étant encore plus élevé au niveau des partenaires généraux. Les sociétés de capital-risque gérées par des femmes ne représentent que 3%. de tous les fonds de capital-risque en Europe centrale et orientale. Les fonds de capital-risque dont l’équipe de partenaires généraux (GP) est composée exclusivement d’hommes ont un taux de participation de 1,5 %. 5 fois plus de puissance de feu (AUM) pour investir dans des entreprises par rapport à l’ensemble des femmes GPs de fonds de risque.

D’autres résultats incluent :



Source